En août 2019, nous avons fait notre premier voyage à vélo. En reliant Portland (Oregon) à San Francisco (Californie) nous avons découvert un moyen de transport incroyable. On vous décrit ici l’itinéraire que nous avons parcouru et ce que nous a inspiré cette expérience pour vous donner envie de vous lancer à votre tour.

L'itinéraire

On en rêvait : la côte ouest des États-Unis. Quoi de mieux qu’un petit road trip pour découvrir cette région si belle, où la nature montre toute sa puissance : côte déchiquetée, falaises abruptes, arbres millénaires, …

Et si ce road trip devenait un bike trip ? Si l’on remplaçait le pétrole par les calories, pour avancer à la force de notre corps à nous ? Si l’on devenait maître de notre route ?

Le road trip peut attendre, cette fois on enfourche nos vélos reconditionnés et top départ !

Les premiers jours sont très rudes, car nous nous aventurons dans les montages pour rejoindre le Pacifique. Nous apprendrons par la suite que la plupart des voyageurs rejoignent la côte en bus depuis Portland… Nous roulons ensuite de longues heures à côté de l’océan, trop froid pour qu’on s’y baigne. Notre parcours est rythmé par des côtes plus ou moins abruptes, l’observation d’animaux sauvages, l’imprudence des camping-cars et les nuits dans les parcs nationaux américains. Les paysages évoluent peu à peu en Californie et c’est une joie infinie qui nous s’empare de nous le 24 août quand le Golden Bridge pointe son nez après une bonne dernière montée.

Itineraire velo

La performance

Avec 1300 kilomètres parcourus en 20 jours, soit 65 km/jour nous l’avons joué plutôt tranquille comparé aux cyclistes rencontrés en route – qui tournaient aux alentours de 80 km/jour.

A mi-parcours, nous nous sommes arrêtés une semaine pour aider une famille en bénévolat. Cela a joué sur notre calendrier et nous avons donc dû ralentir sur la première partie du voyage. Tout ça pour vous dire que 80 km/jour, c’est faisable ! Mais si l’on a appris une chose pendant cet itinéraire au relief prononcé, c’est que le dénivelé importe plus que les kilomètres au compteur.

velo cote pacifique

Nous qui nous nous imaginions l’ouest américain comme une longue plage de sable blanc où les gens courent et font du sport, nous avons été bien surpris par les paysages. La côte de l’Oregon et du nord de la Californie est très vallonnée, voire escarpée à certains endroits. Certaines côtes sont gravées à jamais dans notre mémoire ! En empruntant la plupart du temps la Highway 101, nous traversons les Redwoods où les arbres millénaires nous font sentir si minuscules, entendons des ours et essayons de ne pas nous faire voler par les ratons-laveurs chapardeurs…

voyage velo redwoods

Faut-il être un cycliste chevronné pour envisager cet itinéraire ?

Non, pas nécessairement !
Si nous étions tous les deux habitués à faire entre 10 et 20 km de vélo tous les jours, Mathias n’avait pas fait de vélo sur de longues distances. Pour moi, il s’agissait du deuxième voyage après un « petit » Paris – Londres de 380 km.
Cela dit, nous étions contents d’être en forme physiquement, car le trajet était vraiment loin d’être facile. Après une semaine, notre cœur s’est habitué à l’effort, nos jambes se sont endurcies et nos fesses aussi !

route vélo usa

Seul·e ou accompagné·e ?
Pendant notre parcours, nous avons croisé en majorité des ami•e•s roulant à deux, des couples et quelques voyageurs solo. A chacun de voir ce qui lui convient le mieux !

Voyager en couple est agréable car on se connait déjà bien – normalement – et que l’on comprend les réactions de l’autre à la fatigue, la douleur ou la faim, … Bien sûr, ça nécessite de s’écouter et d’écouter l’autre.
Voyager seul est aussi très formateur et permet plus de faire un travail sur soi.
A plus de deux, cela parait compliqué d’être bien sur le même rythme.

Notre avis sur ce mode de transport

Nous avons adoré cette nouvelle expérience, au point que nous n’avons qu’une hâte, recommencer à notre retour en France ! Le dépassement de soi, de ses limites physiques ou psychologiques nous a vraiment plu. C’est une expérience intense, où l’on se sent vivant et où chaque jour est un nouveau commencement.

Plus qu’une façon de voyager, nous y avons découvert un mode de vie, une façon d’être au monde plus simple où l’on parle avec son corps et où la nature est bien plus forte que nous (relief, soleil, vent, pluie, faune et flore…).

Malgré tout, nous ne nous voyions pas continuer le reste du voyage en vélo, pour des raisons d’équipement peu adapté et de sécurité.

voyage vélo états unis

Avantages

  • la reconnexion à soi et à la nature
  • la liberté d'aller où l'on veut, à son rythme
  • la fierté et l'estime de soi quand on réussit son objectif
  • le sport, radicalement opposé au tourisme conventionnel très passif
  • l'empreinte carbone très faible : 5 g CO2eq/km contre 259 g CO2eq/km pour une voiture individuelle.
  • le budget rikiki. Si vous cuisinez - ce que l'on conseille pour manger sain - et dormez en camping, votre budget sera vraiment très faible.
  • la convivialité dans la grande famille des bikers. Une complicité naît sur la route entre tous les cyclistes, équipés des derniers accessoires ou plus minimalistes. Un vrai esprit d'entraide, de partage et d'échanges s'installe, de belles rencontres vous attendent au bout du guidon !
entraide cyclistes

Inconvénients

  • le voyage c'est la route et moins la destination ! La majeure partie de notre temps se passe sur le vélo, et l'on passe peu de temps pour visiter les endroits où l'on s'arrête. Ça peut être frustrant pour certains et c'est radicalement différent d'un circuit touristique conventionnel.
  • l'épuisement physique : nous dormions en général 9-10 heures par nuit. Vous voilà prévenu·e, voyager en vélo, c'est très fatiguant.
  • le confort : il faut avoir du bon matériel de camping (ne faîtes pas comme nous !)
  • la faim de loup et le besoin de cuisiner même quand on est fatigué
  • le poids de l'équipement : tout doit être optimisé pour ne pas porter de poids inutile
  • la sécurité : la plupart de l'itinéraire s'est fait sur l'autoroute, avec camions, pick-ups, RVs, ... La Highway 101 est assez large et l'on roule toujours dans la bande d'arrêt d'urgence. Mais à plusieurs reprises nous nous sommes faits un peu peur. C'est pour nous, le point le plus négatif de ce trajet aux Etats-Unis.

Conseils

Quelques pistes pour vos prochains voyages à vélo !
1. Voyagez léger
Prenez le minimum de vêtements et nourriture pour ne pas vous alourdir. Évitez d’emporter un ordinateur ou un appareil photo.

2. Investissez dans du matériel de camping de qualité
Une tente assez grande et imperméable, un matelas de sol, un duvet adapté aux températures la nuit, …

3. Soyez flexible et écoutez votre corps
C’est vrai pour la vie de tous les jours, mais encore plus à vélo. Pour éviter les blessures, c’est indispensable de bien se reposer ! Nous vous conseillons 1 jour de repos par semaine, pour tenir sur la durée. Prendre son temps c’est l’avantage de ce moyen de déplacement : prenez le temps pour manger le midi et profiter des paysages.

voyage vélo quotidien

4. Cuisinez sain et en quantités adaptées à votre effort

N’hésitez pas à doubler les quantités de nourriture ! Veillez à avoir suffisamment de glucides, protéines et oligo-éléments. Nos repas tipiques : riz/pâtes + haricots rouges/pois chiches/lentilles + légumes cruts ou lactofermentés.
Et très important : faites-vous plaisir ! Quel bonheur de dévorer un bon brownie après 6h d’efforts !

5. Organisez-vous pour avoir un couchage le jour d’après
C’est toujours un peu stressant de ne pas savoir où l’on va dormir le soir même…
Profitez de vos rares connexions à internet pour repérer les campings accueillant les cyclistes ou tentez l’hébergement entre cyclistes avec Warmshower !

6. Consultez la météo
Si simple mais réellement indispensable. Anticiper les précipitations vous permettra d’ajuster votre itinéraire au mieux. Nous avons ainsi évité les gouttes à plusieurs reprises, arriver au sec et pouvoir dormir bien au chaud, en regardant les cyclistes moins prévoyants grelotter et essayer de sécher leurs affaires pour le lendemain. De même, partez de bon matin pour surtout éviter de rouler de nuit.

7. Essayez avant de vous lancer
Le vélo sur de longues distances ne convient pas à tout le monde. Partez sur un long week-end ou quelques semaines avant de vous lancer dans un tour du monde. Voyez ce que vous aimez et ce qui vous plait moins pour mieux recommencer ! Ca vous permettra aussi de tester votre vélo pour ajuster la position de la selle, du guidon, etc.

8. Misez sur la sécurité
Privilégiez les pistes et voies cyclables. En Europe, de nombreuses voies vélo dédiées permettent de se rendre jusqu’en Norvège ou au Portugal ! Renseignez-vous avant de partir. Le top du top si vous partagez la route : lumières clignotantes + habits clairs + gilet fluorescent

Vélo Europe

Ressources

Cartes et plateformes web

Voyageurs·ses à vélo à suivre !

Laisser un commentaire

Fermer le menu